BIOGRAPHIE

 

Francesca Piqueras grandit dans une famille d’artistes. Ses parents, proches de Marcel Duchamp, Man Ray et Salvador Dali, les retrouvaient l'été à Cadaquès.

 

Au cœur de cet univers brillant, elle grandit en observatrice solitaire et attentive.

À partir de treize ans, elle se prend de passion pour la caméra vidéo et l’appareil photo qu’elle reçoit en cadeau et qui lui permettent d’aiguiser, à distance, son regard.

Elle étudie l'histoire de l'art, le cinéma, exerce la profession de monteuse, sans jamais abandonner ses appareils.

 

Il faut attendre 2007 avant qu’elle franchisse le pas et expose pour la première fois ses clichés. Il s’agit tout d’abord de séries en noir et blanc centrées sur un univers urbain dont elle n’hésite pas à magnifier les traces d’urine.

 

Marquée par “Deserto Rosso”, de Michelangelo Antonioni, son intérêt se porte sur d’autres traces, celles de la civilisation industrielle.

 

Elle passe à la couleur et présente en 2011 "l'Architecture de l'Absence", série prise sur les chantiers de démantèlement de bateaux du Bangladesh, puis, en 2012, "l'Architecture du Silence", photos de cargos sabordés en dehors de toutes règles de droit, en Mauritanie.

 

Elle poursuit ce projet artistique entre mer, ciel, métal et rouille en s’intéressant aux plateformes pétrolières et militaires.

 

« Je photographie ce que l’homme construit pour des raisons économiques ou guerrières. Pour ses besoins l’homme invente des architectures d’une incroyable invention. Il les construit dans des situations extrêmes et d’une façon qui peut être contestable. Mais mon propos n’est pas de dénoncer. 

 

Au contraire, la folie de l’homme, ses paradoxes et ses contradictions m’intéressent. Le point culminant de l’esthétisme de ces objets est, me semble t-il, quand la nature reprend ses droits. Le temps, la rouille, le délabrement réinventent ces architectures en sculptures et réécrivent poétiquement l’histoire de l’homme. Notre histoire ». 

 

Francesca mène aujourd’hui de front plusieurs autres projets, sur d’autres vestiges industriels, de par le monde. 

EXPOSITIONS

 

"LIMITES", Galerie de l'Europe (Paris), 2007

 

"PAYSAGE CLAIR POUR DES JOURS SOMBRES", Galerie de l’Europe (Paris), 2008/2009

 

Hommage à l’Angélus de Millet, Barbizon, 2010

 

"GANGE, ET LA VIE SUIT SON COURS", Maison de l’Inde (Paris), 2010

 

"L'ARCHITECTURE DE L'ABSENCE", Galerie de l’Europe (Paris), 2011

Galerie Insula, Ile d'Yeu 2011

 

Festival Photo Saint-Germain-des-Prés (Paris) 2011

 

"L'ARCHITECTURE DU SILENCE", Galerie de l’Europe (Paris), 2012

Galerie LBL, Ile de Ré 2013

 

"L'ARCHITECTURE INTERIEURE", Galerie de l'Exil (Paris), 2013 

 

''FORT'', Galerie de l'Europe (Paris) 2014

 

Exposition collective, Galerie Insula, Ile d'Yeu Juillet - Août 2014

 

"ARCHITECTURES'', Galerie BOA (Paris) 2014

 

"FOTOFEVER", Caroussel du Louvre - Novembre 2014

 

"PANIC POINT", Galerie de l'Europe 2015

 

"PHOENIX", Galerie de l'Europe 2016

 

"PHOTO BEIJING" Pékin 2016

 

"APRES LA FIN", Galerie de l'Europe 2017

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Francesca Piqueras Photographe